Le syndrome prémenstruel, on en parle ? !

Vous savez, cette période où vous ne vous sentez pas vous même, étrange… Comme si vous étiez quelqu’un d’autre sans aucun contrôle sur vos sentiments, pensées ou paroles !

Moi, en période prémenstruelle… ^^

Et pourquoi ? C’est tout simplement l’ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui surviennent habituellement de 2 à 7 jours avant les règles. Ils prennent généralement fin avec l’arrivée des règles ou dans les quelques jours qui les suivent.

Personnellement, j’avoue que je ne vis pas très bien, tout simplement parce que mes sentiments font un 360°. D’un jour à l’autre, je ne supporte plus rien, ni personne. Je pense même être capable de demander le divorce, comme ça, et tracer ma route sans me retourner !!

Heureusement, cet état extrême ne m’arrive pas souvent… Mon mari appelle d’ailleurs ça « La semaine du diable », c’est pour pour rien ! Mais même si je ne suis pas généralement bien les jours précédents mes règles, je reste toutefois « vivable »… C’est en tout cas l’impression que j’en ai ^^

Ce qui est le plus agaçant, c’est que c’est un moment plus ou moins handicapant pour les femmes, notamment les douleurs physiques, et que personne ou presque ne le prend compte… Parce que c’est normal de souffrir pour une femme !

A croire que l’on doit avoir mal toute notre vie : règles, accouchement, ménopause… Dire que dans certains pays d’Asie (Au Japon ou en Indonésie notamment), les femmes ont un congé quand elles ont leurs règles appelé congé menstruel… On a du boulot là dessus en France !!

Bref, pour en revenir à ce fameux syndrôme et le grand écart des émotions, il n’y a pas grand chose à faire malheureusement.

Pour les douleurs physiques, il y a une multitude de choses qui peuvent aider : la bouillotte chaude sur le ventre, l’homéopathie, doliprane… Et si vraiment rien ne marche, par pitié, allez voir le médecin, il ne faut jamais rester à souffrir en se disant que ça va passer et surtout, que c’est normal !!

Pour les douleurs « psys », hormis mettre des films doudou (comme je fais) et manger des cochonneries, je n’ai pas de solutions miracles là non plus !

J’aurai envie de conseiller le repos, la relaxation, méditation… Ce qui peut faire du bien à l’esprit en somme.

Donc même si on ne peut pas « guérir » du PMS, on peut essayer d’atténuer les effets, le temps que celui-ci se barre jusqu’à la prochaine fois…

Happy birthday to me : j’ai 41 ans

Et voilà, j’ai encore pris un an de plus !

Mais qu’est ce qui change par rapport à l’année dernière, qui était déprimant au possible ? Je ne change pas de dizaine et ça, mine de rien, ça me stresse vachement moins ^^

J’ai une super trouille de vieillir et d’autant plus mourir. Et plus les années passent, plus la peur est là. Je sais que je devrai alors voir un psy mais bon. Bof, quoi.

Je me souviens que quand j’ai eu 25 ans, ça m’avait foutu un de ces coups au moral. Pour moi, je passais la barre symbolique de « petite jeune » pour enfin entrer chez les adultes, avec toutes ces responsabilités et obligations… Le coup de vieux que je me suis pris en pleine tête.

Ce qui est paradoxalement un peu con puisque j’étais déjà maman depuis un peu moins de 2 ans et que question responsabilités, on en peut pas faire mieux. Bref.

Avec les événements de cette année, j’ai appris à relativiser et je me dis que finalement, 40 ans (et 41 maintenant) c’est encore bien jeune et que j’ai encore des centaines de choses à découvrir.

Je pourrai même dire que je ne suis même pas encore arrivée à la moitié de ma vie ^^ Bah quoi ?! Je serai peut être centenaire qui sait… Si je suis aussi chiante que maintenant, y en a qui vont souffrir 😀

Je fais donc plein de projets, des petits et des plus grands, qui me motivent et me fait voir la vie comme un verre à moitié plein et non à moitié vide.

Parce que mine de rien, elle est belle la vie quand même ♥

Défi : 1 mois sans manger de sucre raffiné

Je pense que c’est le défi le plus dur de ma vie. Sérieusement !

On sait très bien que le sucre est un poison, qu’il entretient certains cancers et qu’il est aussi puissant que n’importe quelle drogue…

C’en est même assez flippant parce finalement, il y a du sucre partout, même dans des trucs où il ne devrait pas y en avoir (merci les industriels. On vous voit nous vendre de la merde !!).

Hormis le fait que le sucre peut provoquer des addictions, cancer et autres joyeusetés, ça peut provoquer aussi des calculs. Chose que je ne savais pas mais que j’ai expérimenté par crises ces derniers mois.

Moi qui suis bec sucré, qui adore grignoter des gaufres liégeoises au chocolat en matant Netflix, il va falloir que je m’en passe, au risque de me payer une nouvelle crise incessamment ou peu, car je commence à sentir que ça me picote !

Voilà donc mon point de départ pour tenter d’arrêt de manger du sucre. Déjà parce que ça faire un grand bien à mon corps de ne plus être shooté à cette cochonnerie, et ensuite, parce que ça aussi me sevrer psychologiquement car j’ai tendance à me réfugier dans le sucre quand je suis contrariée ou stressée.

L’être humain est bizarre, je sais.

Je vais donc commencer mon défi le 2 août et essayer de m’y tenir et ne pas craquer.

Pour pas le 1er août ? Parce que c’est mon anniversaire et que je ne veux surtout pas rater ma tarte aux fraises d’anniversaire, tradition oblige ^^

Je vais profiter de ce mois de vacances pour lâcher prise, travailler sur moi (avec les événements difficiles de cette année, ça me fera le plus grand bien) et profiter de mon mari et de mes enfants.

Je ferai des petites updates de temps en temps sur insta, histoire de garder la motivation.