Oh my god !

I speak english. 
 It’s great !!!
Bon, j’arrête de me la péter mais j’avoue que je suis très contente de moi.
Il y a quelques jours, j’ai validé ma 1ère étape, ce qui fait que je monte au niveau supérieur.
J’avoue que j’avais la trouille parce que je pensais que je n’avais pas le niveau (ouais, je sais, je me dévalorise), mais finalement, le prof a été content de moi et du travail que j’ai fais depuis des dernières semaines.
Il faut dire que je partais de loin… Pas de zéro non plus, mais quand même, je n’étais pas vraiment une flèche. Et je manquai énormément de confiance en moi, surtout pour le parler… Je me souviens qu’à la 1ère séance de groupe, je n’ai ps décroché un peu… J’étais comme tétanisée !
Heureusement, les profs et les sujets m’ont mis en confiance et maintenant, je me sens mieux. Même quand quelqu’un s’assoit à côté de moi au speaking center, je m’en fiche (alors qu’avant, je me sentais honteuse de parler à côté de quelqu’un, pensant qu’il se moquerait de moi).
Maintenant, que je me sens plus à l’aise, il faut que j’acquiers plus de vocabulaire et que je comprennes la logique de la grammaire… Je pense que ce dernier point sera un chouia plus difficile que le vocabulaire (qu’il faut bêtement apprendre en fait).
Pour m’améliorer, j’ai pour idées de m’entrainer sur anglaisfacile.com. Il y a plein d’exercices, notamment de grammaire, je pense que ça devrait m’aider à évoluer et surtout, à comprendre la logique de la bête ^^
Pour le vocabulaire, j’ai trouvé ce site. C’est par thèmes et il y a des quiz pour vérifier ses acquis. Pour l’instant, je ne l’ai pas encore testé. Je l’ai mis dans mes favoris , histoire de ne pas le perdre de vue quand j’en aurais besoin.
Et sinon, pour le plaisir, je me suis offert un livre en anglais. Hé oui, moi qui pensais il y a 6 mois que jamais j’arriverai à comprendre quelque chose en anglais… J’ai choisi un livre facile, pas un gros pavé de 800 pages.
La vendeuse de la FNAC m’a conseillée ce livre The buddha in the attic de Julie Otsuka

C’est l’histoire de femmes japonaises qui migrent aux USA avant la seconde guerre mondiale pour épouser des japonais ayant déjà émigrés aux États-Unis. En gros, l’histoire, c’est ça. On imagine vite la problème quand la seconde guerre mondiale éclate et qu’elles se retrouvent dans ce pays d’adoption que ne veut plus d’elles…

Pour l’instant, je n’ai lu que les 3 premières pages, alors je suis encore dans le mystère et l’excitation de connaître la suite.
Bizarrement j’ai l’impression d’avoir passé un cap (un tout petit mais un cap quand même). J’ai hâte de continuer à apprendre et un jour, si tout se passe bien, savoir parler anglais « parfaitement » et être presque bilingue.
Mais pour ça, il va falloir continuer à étudier 😉
Et vous, vous apprenez une langue étrangère ?

 

Where is Brian ?

J’ai presque envie de dire « dans ton cul » mais ça va pas le faire 😀
Plus sérieusement, j’ai commencé une formation, en anglais oeuf corse, depuis quelques jours et je suis trés contente.
Ca fait des années que je me considère comme une bille en anglais, avec ma honte de parler et mon accent déplorable…
J’ai choisi de suivre ma formation chez Wall Street Institute. Y a pas mal de pubs dans le métro et le « 98% de réussite » m’avait à moitié convaincue. L’autre moitié l’a été quand j’ai été au rendez-vous avec une conseillère.
Après avoir passé un test (qui s’est avéré pas si catastrophique que ça), j’ai papoté avec la conseillère de mon objectif, de ce que je voulais faire, ma façon de voir l’anglais dans le travail, etc, etc…
On a du parler au moins une heure.
Elle a proposé 2 formations (une plus longue – et forcément plus chère – que l’autre) et un beau devis. Je suis rentrée chez moi avec tout ça sous le bras, il fallait maintenant réfléchir…
Ma réflexion a duré un peu plus d’un an (bah oui, vu la somme qu’il faut dépensé, je voulais être sur de ne pas me planter).
 J’ai donc repris contact avec ma conseillère pour l’informer de ma décision. J’ai beaucoup apprécié qu’elle se souvienne de moi et du fait que j’étais enceinte lors de notre rendez-vous (elle m’a même demandé des nouvelles de mes enfants). Elle était déjà sympa mais là, j’ai trouvé ça super qu’elle soit prévenante.
Je l’ai donc rencontré il y a quelques semaines pour signer mon contrat, donner mon chèque (gloups) et recevoir mon beau cahier d’exercices.
A ma grand surprise, elle a dit que la formation la plus chère n’était pas nécessaire dans le cadre de mon travail, qu’avec mon niveau de base et la formation (la moins chère) qu’elle me proposait, c’était tout à fait suffisant.
Je profites donc de mon congé parental et du prêt généreusement octroyer par mon banquier (parce que mine de rien, elle coût au moins un rein cette formation) et go, go, go, je me suis lancée.
Mon planning consiste à faire au moins 4 heures de cours par semaine, facile à casser dans mon emploi du temps, plus des exercices à faire à la maison. Je rencontre également un prof à la fin de chaque chapitre soit tous les 15 jours.
Du coup, ça fait vachement rire mes sales gosses quand ils me voient penchée sur mon cahier d’exercices !

Dans moins de 6 mois, je parlerai et comprendrai l’anglais et mon vilain complexe d’infériorité ne sera plus qu’un mauvais souvenir !!