Faire peau neuve.  Oui mais quand ?

Je vis un moment difficile pour beaucoup de femmes, de couples…

Paradoxalement, peu de personnes comprennent mon chagrin.

J’ai perdu un bébé en devenir, et au vu de la précocité ou encore au fait que je sois déjà maman 3 fois, j’ai le sentiment que je ne devrai pas avoir le droit d’être malheureuse « Bah oui, t’as déjà des enfants. Imagine celles qui peuvent pas en avoir ! »

Ces remarques sont autant de claques en plein visage.

Voir un petit enfant est autant de coups de poignard dans mon coeur rempli de larmes.

Je sais que je dois faire face. 

Ça fait maintenant 2 mois que j’ai été hospitalisée pour le curetage et malgré toutes mes tentatives pour aller mieux comme me remettre à lire, refaire du sport.. . Rien n’y fait. Je reste comme une coquille vide…

Me sentir comme ça est extrement frustrant car je n’ai aucun contrôle et quoi que je fasses, je me retrouves confrontée à mes sentiments.

Je suis à un tournant de la vie où il me reste deux choix :

  1. Soit j’arrive à accepter le fait que ce bébé ne verra jamais le jour, et que notre famille ne s’agrandira plus.
  2. Soit j’arrive à dépasser mes peurs et retomber enceinte à nouveau.

C’est un choix extrêmement difficile et qui n’a pas de bonne réponse.

Je suis tellement terrorisée à l’idée de revivre une fausse couche !

L’attente, les faux espoir, la peur, le chagrin… 

Quand je me vois si mal, à la limite du zombie. Je m’efforce de cacher les sentiments ou plutôt de les refouler pour ne pas crier au monde ma peine, je me demande comment je vais de nouveau avancer sereinement…

Avoir un dernier enfant me complétait mais je ne pourrai pas supporter une autre perte !

Je l’avais imaginer tant de fois. Imaginer notre vie à 6, notre quotidien, nos vacances.. . La complicité qu’il y aurait eut entre chacun. Et tout est parti en fumée, comme dans un rêve qui tourne au cauchemar. 

Il va bien pourtant que j’aille de l’avant…!

Il était  temps de partir…

Photo040400

Voici plusieurs semaines que je vis un événement difficile dans la vie d’une femme, celui de la fausse couche.

Après 3 enfants et un mariage cet été avec l’homme que j’aime depuis plus de 16 ans, nous avons voulu de nouveau agrandir notre famille.

Et c est avec un grand bonheur que j’annonçais à mon mari, le jour de son anniversaire, que nous allions être encore une fois parents.

Mais le bonheur fut de courte durée… Au moment de l’écho de datation, la gynéco émet des doutes sur la date de conception mais étant sur de moi, elle émet donc l’avis que la grossesse est arrêtée .

Gros coup de massue et en sortant de son cabinet, je me retrouve avec une ordonnance pour faire un contrôle aux urgences et des larmes…

La semaine qui suivie fut très éprouvante, ne comprenant pas pourquoi mais gardant tout de même un petit espoir.

L’homme ne le vit pas bien non plus mais n’en parle pas.

8 jours plus tard, je vais comme convenu aux urgences avec mes doutes et de l’espoir .

Et on l’annonce de façon très  enjouée que ma gynéco était bien pessimiste et que l’on voit bien un embryon. Je suis aux anges… Et entendre son coeur a levé tous mes doutes.
En sortant, j’appelle mon homme qui reste dubitatif car il a du mal à comprendre.

Les semaines passent et la date fatidique des 3 mois et de son écho officielle arrive, date à laquelle nous avons prévu de l’annoncer aux enfants et à la famille (Seuls quelques amis proches ont été mis au courant).

Mais quelques jours avant mon RDV, je commence à saigner. J’avoue que ça arrive parfois et je ne m’inquiète pas plus que ça.

La semaine passe et arrive le jeudi où une douleur au ventre me prend. Au début, pas vraiment douloureuse mais au fil des heures, je sens que c’est de plus en plus bizarre. Le soir même, je saigne clairement.

Je décide de m’allonger et de passer une bonne nuit.

Le lendemain matin, les saignements ont stoppés mais j’ai toujours mal au ventre. Je dépose les enfants à l’école et je vais travailler.

Je préviens mon patron que je ne resterai pas la journée, que je me sens pas bien. Je termine deux trois choses urgentes et je pars aux urgences.

J’explique mon cas et un médecin s’occupe de moi. Elle l’examine sous toutes les coutures avant de procéder à l’écho.

Et pendant l’écho, je vois son visage devenir de plus en plus grave.  Je vois qu’elle cherche quelque chose mais qu’elle ne trouve pas. En regardant le moniteur pendant qu’elle cherche, je devine qu’on ne voit pas le coeur clignoter…

Elle me prévient et demande à sa chef de venir. Avec l’expérience, elle n’a pas chercher longtemps et l’annonce simplement qu’elle est désolée mais qu’il n’y a pas de cœur qui bat.

La suite, je la comprends sans la comprendre. Je prends des décisions de façon mécanique parce que je n’ai surement pas encore assimilé ce que l’on vient de m’annoncer.

Un RDV est pris pour la semaine d’après pour effectuer un curetage. Je vais passer sous silence le reste de cette journée, en ajoutant quand même que les soignants ont été formidables, très prévenants et attentifs à ce que je pouvais ressentir.

Il m’a fallut quelques jours pour réaliser pleinement que c’était terminé, que notre rêve d’une grande famille (même si elle est déjà trop grande pour certains…) était terminé et que nous allions devoir faire notre deuil de cet enfant.

La reprise du travail m’a beaucoup aidé, cela m’a évité d’y penser et cela m’a permis de ne pas broyer du noir.

La vie a repris son cours tranquillement et je pense que dans quelques semaines, j’y penserai moins.