Bilan à mi parcours du MY FIIT CHALLENGE SUMMER SHREDDING

Voilà tout pile 3 semaines mois que je me suis lancée et réellement impliquée dans ce programme.

Première semaine : c’est la semaine « starter », elle était optionnel mais je l’ai faite quand même, histoire de me mettre dans l’ambiance ^^

Mais du coup, je pleures, j’ai mal partout, et j’ai FAIM… je pense ne pas être trop de mauvaise humeur bizarrement… Quoi qu’il faudrait peut être que je demande son avis à celui qui partage ma vie (aka mon mari ^^)

J’essaie de ne pas me peser mais c’est dur. Il faut vivre sa transformation autrement que par le poids, mais le voir descendre me fait plaisir et me conforte dans mes efforts. Samedi midi : premier cheat meal.

Deuxième semaine : J’ai la grosse patate !! Le sport me fait vraiment du bien autant au corps qu’au ciboulot ^^

Je n’ai pas pu faire toutes les séances en live (juste 2) mais j’ai quand même réussi à casser une séance d’abdos le dimanche.

Troisième semaine : Lundi toute la journée, j’ai bien senti que mes abdos avaient bossé la veille ^^

Mardi matin, suite à la séance de hiit du lundi soir, je viens de découvrir des muscles inconnus… J’ai mal partout mais je me sens bien.

J’ai envie de mieux manger mais cette semaine, je ne me suis pas organisée et c’est la merde… Je n’ai fais que le live du lundi qui m’a bien tuée…Et c’est tout .

Le reste de la semaine a été occupée par mes leçons de conduite (ouiii, je prépare enfin le permis. Je vous en reparlerai), les activités extra-scolaires des enfants et autres réunions pour les colos… Tout la même semaine, forcément…

Du coup, je n’ai pas fait de sport et j’ai mangé ce qui me tombait sous la main donc ni healthy, ni équilibré… Je vais essayé de rattraper les dégâts ce WE en mangeant mieux et en faisant une séance, voire même une seconde.

Semaine 1Semaine 2Semaine 3
Poids65,9 kg64,3 kg63,8 kg
Tour de poitrine90 cm89 cm88 cm
Tour de taille75 cm72 cm71 cm
Tour de hanche94 cm91 cm90 cm
Tour de bras28,5 cm28 cm28 cm
Tour de cuisse56 cm52 cm52 cm

Je suis globalement assez contente, même si la dernière semaine a été plus que chaotique mais j’ai envie de dire que la vie est comme ça et que ce n’est pas avec quelques jours de n’importe quoi qui vont flinguer mon programme ^^

J’ai hâte d’être à la fin pour voir les résultats !!

Mon rééquilibrage alimentaire de WW à Thibault Geoffray

Pendant des mois, voire même des années, suite à des événements difficiles, angoisses, mal-être, je me suis réfugiée dans la bouffe.

Manger mes émotions me permet de ne pas y penser, manger du sucré me permet aussi d’apaiser ma souffrance psychique alors que malheureusement, je maltraites mon corps et que finalement, ça apporte bien plus de problème…

Oublier ses contrariétés avec la bouffe… Ca, c’était moi !

Il y a de ça 7 ans, j’étais encore sportive. J’allais courir 2 ou 3 fois par semaine, je montais mes 5 étages sans ascenseur plusieurs fois par jour et j’allais bosser en vélo. J’ai revu des photos de moi en maillot à cette période, j’étais tonique !

Il y a quelques temps, lors de notre WE au Touquet, je me suis vue sur une vidéo qu’une amie avait fait. Je suis toute potelée !!! Quelle horreur. Je savais que j’avais pris du poids (les fringues ne mentent pas) mais je n’avais pas remarqué à quel point ça se voyait !

Pendant ces dernières années, j’ai essayé de perdre du poids en essayant la méthode WW. Ma mère l’avait fait et elle avait eu de très beaux résultats.

Je sais aussi que ce programme aide à mieux manger, tout en gardant une vie sociale. Cette méthode est un système de points. Selon votre âge/poids à perdre/activités, vous avez un quota de points attribués par jour et à répartir dans la journée. On peut également gagner des points en faisant du sport.

J’ai donc pris un abonnement et je me suis lancée. Au départ, c’est assez simple. Il y a une quantité de recettes énormes et si vous ne trouvez pas votre bonheur, c’est que vous êtes difficile !!

L’avantage dans cette méthode, c’est que vous n’êtes pas obligé de faire 36 plats à chaque repas. Mari et enfants peuvent manger la même chose (ou presque).

Seulement, sur la longueur, je me suis démotivée. Chaque aliment mangé devait être noté et comptabilisé. Si un aliment me faisait plaisir, j’allais regarder son nombre de points et souvent, je renonçais car les points étaient trop élevés (Genre une gauche liégeoise au chocolat noir : 11 points. Quand tu en as seulement 28 à dispo pour la journée, ça fait mal !).

Et j’ai fini par craquer et suivre ce programme a fini par me déclencher des tocs alimentaires. J’avais tellement été frustrée de tout noter que quand j’ai laissé tomber, j’ai fini par manger toutes les cochonneries qui me tombaient sous la main… A midi, en plus de mon repas, c’était un paquet de mini cookies Bonne Maman (ils sont délicieux ^^) TOUS les jours.

Sans compter ce que je pouvais grignoter le soir en regardant la TV…

Et forcément j’ai repris, avec une rapidité déconcertante, tous les kilos que j’avais si durement perdu…

J’ai récemment rangé mes fringues, je me retrouve avec une 20aine de robes et autant de pantalons que je ne peux plus mettre car mes fesses ne rentrent plus dedans, et si j’ai encore la chance d’y rentrer, on dirait le bibendum Michelin 😮

Je passe donc mes journées en jean/baskets et t-shirt pour passer plus ou moins inaperçue. Et avec le temps froid qui s’annonce, je serai encore moins visible sous ma parka !

Je suis donc restée comme ça, à manger en roue libre pendant plusieurs mois. Cet été a été horrible. Il faisait chaud, aucune de mes robes ne m’allaient et le pire, c’est que j’ai l’intérieur des cuisses qui se touchent à mort… Ca brule, ça pique, ça saigne… une véritable torture. En pleine canicule, je me suis vu piquer les bermudas de mon mari.

Punaise, plus jamais ça, je ressemblais à un camionneur… Je me sentais horriblement horrible !!

Je me suis enfoncée petit à petit dans une routine de merde, réconfortée par le gras et le sucre…

J’avais quand même envie de mieux manger depuis l’été dernier (pas celui qui vient de passer, mais celui d’avant ^^), mais sans véritablement avoir la niaque pour le faire.

Je ne sais plus comment mais un jour, je suis tombée sur l’insta de Thibault Geoffray. Un youtubeur fitness sympa, gentil et qui croit en toi. Du coup, je me suis dis qu’un petit coup de pouce de sa part ne serait pas du luxe et j’ai acheté son programme, le 90 Day Life Challenge, ainsi que son bouquin.

J’ai testé quelques unes de ces recettes mais je ne me suis jamais lancée. Jusqu’à récemment !

Finalement, j’ai eu un déclic en entrant dans le second confinement. Je me suis dis pourquoi ne pas profiter de ce moment à la maison (je suis en télétravail) pour faire attention à moi ?

Je n’ai plus le stress d’avoir un patron sur le dos (même s’il est sympa), plus le stress des transports, plus besoin de speeder le matin et le soir… Bref, je me suis dis que c’était une chance qu’il fallait saisir ! (Oui, j’essaie de voir le positif dans une situation difficile ^^).

Thibault Geoffray et sa compagne, Justice Gallice, avaient fait des trainings en live pendant le premier confinement, qui m’avaient fait envie, mais je n’avais ni le courage moral ou physique pour me lancer.

Je saisis donc ma chance maintenant et j’ai même envie de dire que c’est maintenant ou jamais !! Il y a des lives presque tous les soirs à 18 h et aussi à 11h le WE.

En ce moment, j’ai des courbatures de ouf, je marche en cow-boy et quand je me retourne la nuit, la douleur me réveille ^^ Et je vis au 4ème étage sans ascenseur, je vous laisse imaginer la torture quand je sors mon chien 😀

J’ai aussi faim, malgré les 3 repas et les 2 collations par jour. J’estime que c’est normal vu le nombre de calories que je pouvais engloutir, sans compter que je mangeais un peu sur tout le déroulé de la journée. Je n’avais presque jamais mon estomac vide… Ressentir la vraie faim est même un peu bizarre, je pense l’avoir oublié.

Le programme de Thibault Geoffray, même si j’ai parfois la dalle grave et que je suis un peu irritable à cause de mon sevrage du sucre ^^, est satisfaisant. Je n’ai rien à noter, ni à penser.

Je pose juste mon cerveau et je suis « bêtement » la méthode. Alors ok, avoir mal partout, faim… ce n’est pas confortable mais je me suis mise moi même là dedans alors je n’ai pas trop le droit de me plaindre.

A moi maintenant de tenir sur la longueur, et de me dire que si je craque, ce n’est pas grave. Un chemin est rarement sans embuche !