Bike in the City

1925134_10153785371205247_1314729467_n

Que c’était bien d’aller au boulot à vélo… Enfin, c’était sans compter sur les gros cons qui ne voient même pas que tu existes !!

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai failli me faire renversée…

Bon, là, avec l’hiver, le froid et mon déménagement, j’ai dis adieu à mon vélo.

En tout cas, en ville !

Parce que j’ai emménagé près d’une GRANDE forêt où je peux m’éclater avec ma marmaille.

Mon ado râle toujours sortir mais bon, j’en ai pris mon parti et je ne lui laisse pas le choix ^^

La Ninouche adore toujours autant être dans son siège. A bientôt 4 ans, il va falloir penser à lui offrir son propre vélo. Pour son anniversaire peut être…

Toujours est-il que je fais du vélo en forêt avec mon vélo de ville.

J’avoue qu’on m’a déjà regardé bizarre mais pour l’instant, je n’ai pas trop les moyens de m’acheter un VTT (ou VTC, je ne sais plus trop ce qui se fait maintenant) et puis, comme c’est l’hiver, je m’en fiche un peu.

J’attends donc le printemps (et les promos) pour m’en offrir un sympa.

Je rêve de grandes ballades dans les sous-bois… Vivement le printemps ! 😀

 

 

Mon vélo, ma liberté…sauf quand il pleut bordel !

vélo

Pour mon anniversaire, je me suis offert un vélo (c’est plutôt l’homme qui me l’a offert en fait).

Une vieille bicyclette Peugeot, avec un panier devant pour mon sac, achetée d’occaz sur le Bon Coin.

J’avoue qu’au départ, j’avais un peu la flippe de grimper dessus et de me faufiler entre les bagnoles parisiennes… Les débuts ont été timorés.

Et puis, il a fallu trouver le bon itinéraire pour ne pas monter cette cote de ouf qui se trouve dans mon quartier…

Pour l’aller, j’ai trouvé les doigts dans le nez… En plus, c’est fastoche car tout est en descente, ce qui veut dire que je n’arrive pas dégoulinante au bureau (je garde donc mon capital glamour du matin mais malheureusement, pas du soir :-/ ).

Pour le retour, hum, c’était moins facile vu que les rues sont à sens unique dans le quartier où je bosse… Je me suis finalement perdue ET j’ai du monter cette fameuse cote que je ne voulais pas monter (même le bus a du mal, c’est dire !!).

Je suis arrivée chez moi haletante mais pas trop dégoulinante finalement (vive les vitesses) et rejoindre mon petit nid douillet au 5ème étage sans ascenseur a fini de m’achever… J’ai fini affaler sur mon canapé telle une baleine échouée, avec ma marmaille qui me criait dans les oreilles « ON MANGE KOAA CE SOUAARRRR ??? » (Grrr, les sales mômes).

 

Mon petit bilan à 10 jours :

Je me sens de mieux en mieux sur mon vélo, j’ai moins peur (je fais quand même attention aux véhicules genre camions ou bus pour qui tu es une petite chose insignifiante…) et j’arrive à me faufiler entre les voitures pour être devant le feu !

Il me manque encore un peu de matériel, tout en fait : je n’ai pas encore de casque (paaas bieeeen), ni de gilet fluo (même pas en rêve), ni de lumières (ma dynamo a rendu l’âme…).

 

Je rêve déjà du printemps où je pourrai emmener ma marmaille faire du vélo…

 

Edit : j’ai repris le métro ce matin et franchement, vu le bruit et l’odeur, je me rends compte que ça ne m’a pas manqué DU TOUT !! Beurk !